Image d'introduction
Venir faire un stage en France
Date de publication
Texte d'introduction

Votre cursus ou formation prévoit un stage en entreprise ? Pour obtenir une expérience professionnelle internationale, vous avez décidé de réaliser votre stage en France ? Après une période de recherche et de prospection intensive, vous voilà sur le point de signer votre convention de stage ! Si vous n’êtes pas ressortissant d’un pays de l’Union européenne, vous serez certainement amené à effectuer des démarches supplémentaires pour obtenir un visa. Pour savoir quelles procédures vous concernent, deux éléments à prendre en compte : la durée de votre stage et votre nationalité. Mode d’emploi pour venir faire un stage en France.

Corps de l'article

Effectuer un stage en France de moins de trois mois

Vous venez de décrocher un stage de deux mois ? Vous devrez solliciter un visa de court séjour ou visa Schengen, sauf si vous êtes originaire d’un pays exempté de visa. Il vous permettra de séjourner 90 jours maximum dans l’espace Schengen, soit de façon ininterrompue, soit de façon successive sur une période globale de 180 jours.

Pour effectuer votre demande visa, il faudra généralement s’adresser au consulat français de votre lieu de résidence, et fournir un ensemble de pièces obligatoires, qui peut varier selon votre nationalité. Vous devrez a minima présenter les documents suivants :

  • un formulaire de demande de visa (disponible en ligne pour certains pays) ;

  • un passeport ayant encore un minimum de 3 mois de validité après la fin du séjour prévu en France (et délivré depuis moins de 10 ans) ;

  • 2 photos d’identité ;

  • une attestation assurance santé et rapatriement spéciale visa Schengen valable pour toute la durée du séjour, et couvrant a minima 30 000 € de dépenses) ;

  • votre convention de stage signée par les différentes parties (votre établissement d’enseignement, l’entreprise accueillante et vous-même) ;

  • un justificatif d’hébergement (attestation d’accueil, réservation d’hôtel…) ;

  • des justificatifs de ressources, qui doivent s’élever a minima à 615 € par mois ;

  • le paiement des frais de visa.

Dans certains cas, on pourra vous demander aussi un justificatif de réservation de vos billets d’avion aller/retour, une attestation d’inscription scolaire/universitaire, une copie des derniers diplômes obtenus… Renseignez-vous bien avant de déposer votre dossier !

> Bon à savoir : en France, tout stage doit faire l’objet d’une convention formelle signée entre un établissement d’enseignement et l’entreprise ou l’organisme d’accueil. Ce document est indispensable, car sinon le stage n’est pas légal.

Les stages en France d’une durée supérieure à trois mois

Votre formation professionnelle ou votre stage en France va durer plus de trois mois ? Il sera alors nécessaire de demander un visa de long séjour mention « stagiaire » (VLS-TS), sauf si vous êtes ressortissant d’un pays membre de l’Espace Économique Européen (EEE).

> Important : la réalisation de votre stage s’accompagne d’une inscription dans un établissement d’enseignement français ? Vous devez alors suivre la procédure spécifique « Études en France » de Campus France, si vous résidez habituellement dans l’un des 42 pays concernés par ce dispositif. Vous n’avez qu’à constituer votre dossier électronique sur la plateforme digitale dédiée, pour vous inscrire dans votre nouvel établissement et demander votre visa.

Les pièces à fournir pour l’obtention du VLS-TS mention « stagiaire » :

La liste des documents exigés est, là encore, susceptible de varier selon votre pays. Mais on vous demandera systématiquement de fournir, au moins deux mois avant le début de votre stage :

  • un formulaire de demande de visa ;

  • un passeport ayant encore un minimum de 3 mois de validité après la fin du séjour prévu en France et comportant au moins 2 pages vierges ;

  • 2 photos d’identité ;

  • votre convention de stage signée par les différentes parties ainsi que visée par la DIRECCTE (c’est-à-dire la « Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi » de la région française dans laquelle vous allez réaliser votre stage) ;

  • un justificatif d’hébergement pendant la durée du stage (réservation d’hôtel, hébergement fourni par l’entreprise d’accueil, contrat de location…) ;

  • des justificatifs de ressources (615 € par mois) ;

  • le paiement des frais de visa.

Les autres documents fréquemment requis par les consulats sont : l’attestation d’inscription et d’entretien Campus France, l’attestation d’inscription scolaire/universitaire, la copie du dernier diplôme obtenu, un justificatif de domicile…

L’administration régionale a validé votre convention de stage et votre demande de visa est acceptée ? Félicitations ! Vous pouvez enfin débuter votre stage en France. Mais à votre arrivée, n’oubliez pas de faire valider votre visa auprès de l’OFFI (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration).

> Bon à savoir : quelle que soit la nationalité des stagiaires, la législation française impose aux entreprises ou aux associations accueillantes de les indemniser à hauteur de 3,75 € de l’heure, dès lors que leur stage s’étend sur plus de deux mois consécutifs.

Et à propos du Visa Long Séjour Temporaire (VSL-T) ?

Il s’agit en effet d’une autre catégorie de visa, qui permet de séjourner en France de 4 à 12 mois. Elle est ouverte aux étudiants, et sa procédure est un peu plus légère que celle du VSL-TS. Mais attention : elle n’autorise pas à travailler ni à effectuer un stage.

Suivre des études en France ou y réaliser son stage en toute sécurité, avec les solutions d’APRIL International

Expert de l’assurance santé à l’étranger, APRIL International couvre vos dépenses de santé et vos besoins de rapatriement sanitaire quelle que soit la durée de votre séjour en France ou dans l’espace Schengen ! Découvrez nos offres d’assurance complètes, et souscrivez-les directement en ligne pour encore plus de simplicité !

Titre articles poussés
Know more about : Auslandspraktika